Dans cet entretien, Olivier Mansard, VP Global Sales chez Masternaut, nous explique comment le leader européen de la géolocalisation des véhicules contribue à la sécurité des collaborateurs.

 

Pouvez-vous présenter Masternaut ?

Olivier Mansard : Masternaut est un acteur européen majeur de la télématique, qui croit en la valeur des données de la télématique pour optimiser les performances et la sécurité des entreprises. Nous sommes convaincus que ces données télématiques entrent en synergie dans tous les grands enjeux de la mobilité aujourd’hui.

 

On le voit avec l’annonce du plan de mobilité fin novembre 2018, qui reprend les grandes thématiques qu’on évoque depuis plusieurs années : l’environnement, la sécurité, l’efficacité et l’efficience à travers l’exploitation des véhicules et l’optimisation du temps associé.

 

Comment la géolocalisation des véhicules peut contribuer à la sécurité des collaborateurs ?

Il est important de parler de géolocalisation associée à l’éco-conduite.

Ici, on est dans le préventif plutôt que le réactif : on interpelle les conducteurs sur leur comportement de conduite. Trop de freinages brusques, survitesses, accélérations brutales, virages trop serrés… On peut les aider à prendre conscience de leur vrai “score de conduite” par rapport à une norme de bonnes pratiques, et les aider à changer ce comportement grâce à un coach embarqué (une petite barrette de leds lumineuses allant du vert au rouge). Cela leur permet de réaliser en temps réel que certains de leurs comportements sont dangereux.

Avec ce type de dispositif, on voit une baisse significative des accidents : l’un de nos clients au Royaume-Uni, Kirklees, a observé jusqu’à 40% d’accidents en moins après la mise en place du coach éco-conduite dans ses véhicules.

 

De manière générale, quel est le retour d’expérience de vos clients avec la géolocalisation des véhicules ?

Le retour est excellent pour les entreprises qui la mettent en place. La géolocalisation permet de remonter des données précises qui sont essentielles pour bien piloter une activité dans laquelle il y a beaucoup de travailleurs isolés. Cela aide le management à prendre conscience de la charge de travail des équipes ou des besoins de mieux s’organiser pour passer moins de temps en voiture, à assurer la sécurité de ses conducteurs, à évaluer la sur ou sous-exploitation de la flotte ou encore à mesurer son impact écologique.

Aujourd’hui il est essentiel de réfléchir à sa mobilité, son empreinte carbone et d’agir pour la sécurité de ses collaborateurs. La télématique, c’est une technologie moderne et intelligente qui permet de concilier performance économique et efficience écologique et sécuritaire ; c’est ce que les entreprises recherchent, et je reste très surpris du faible taux d’équipement en France (20 à 25%).

 

Quelles sont aujourd’hui les innovations et tendances sur votre marché ?

On voit 4 grands axes se démarquer.

D’abord, la plateforme est au coeur du débat ; on ne parle plus de l’aspect hardware avec les boîtiers. Ce qui compte de plus en plus dans le choix d’un acteur télématique, c’est la richesse de la plateforme, son ergonomie, les applications… Il y a une tendance forte à la proposition de plateformes télématiques qui sont très ouvertes : avoir la possibilité de connecter la plateforme aux systèmes d’information de l’entreprise, à exploiter les données télématiques pas uniquement pour la gestion de flotte mais aussi pour la facturation, la gestion du temps des ressources humaines, la sécurité… C’est tout à fait palpable quand on discute avec nos clients et prospects.

Une autre notion est indissociable de la télématique aujourd’hui : le big data. Maintenant les données télématiques sont associées à d’autres données. Cela permet de prévoir des problématiques d’organisation, de mieux gérer les dépenses, la maintenance, d’accompagner l’évolution des flottes dans la transition énergétique… Par exemple on a un projet de Green Fleet chez l’un de nos clients : on les accompagne sur les 5 à 10 prochaines années pour mieux piloter la transition de leur flotte full diesel vers de l’hybride et de l’électrique. C’est une tendance très forte en ce moment.

En parallèle, il y a un besoin de rendre la télématique accessible au plus grand nombre. Cela passe par des modes d’accès à la technologie plus simples pour les entreprises, avec l’installation des boîtiers en première monte directement chez les constructeurs, ou le développement de nouvelles offres. C’est ce que l’on a fait en lançant Pulse en octobre 2018 : un dispositif qui se branche sur la prise allume-cigare et qui permet de géolocaliser facilement les véhicules en location courte durée ou ceux des sous-traitants par exemple. Un prix attractif, une souscription sans engagement et sans installation le rendent accessible à toutes les entreprises qui souhaitent équiper leur flotte pour la première fois ou compléter les équipements télématiques déjà installés.

Enfin, il y a le rôle que tient le conducteur. Aujourd’hui, on travaille à apporter des données télématiques de manière la plus simple et intuitive possible pour le chauffeur, avec des informations pertinentes et intéressantes pour lui : état des lieux du véhicules, gestion des notes de frais, qualification des trajets professionnels et personnels, pilotage en temps réel du score de conduite, gestion des plannings et des missions… Les applications permettent d’apporter facilement ces services.

 

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise souhaitant lancer un projet de géolocalisation des véhicules ?

Ce qu’il faut déjà avoir en tête, c’est que la télématique n’est qu’un outil, un moyen d’arriver à quelque chose.

Avant cela il faut connaître et identifier ses enjeux et la finalité de la démarche, que ce soit pour optimiser l’activité de l’entreprise et sa performance, améliorer la sécurité des biens et des personnes ou sa qualité de service. Grâce à télématique, on peut offrir des services en temps réels bien plus nombreux, comme voir en temps réel où est mon livreur ou mon technicien par exemple ; ce sont des données utiles et valorisées pour servir une meilleure expérience client.

Ensuite il faut trouver le partenaire télématique qui peut vraiment aider l’entreprise à intégrer l’outil dans son environnement et mener une conduite du changement utile dans l’exploitation des données et l’accompagnement des personnes. Quand on exploite bien l’outil télématique, on peut voir des ROI phénoménaux, des diminutions significatives de la consommation de carburant ou des accidents. La richesse des données permet d’utiliser l’outil au delà de la gestion de la flotte.

Ce qui compte le plus, c’est la qualité de la plateforme, la qualité de l’accompagnement, et la vision long terme des enjeux de l’exploitation des données.

Pour plus d’informations sur Masternaut et ses solutions, cliquer ici