PTI ou DATI ? Les critères qui font la différence

Lorsque l’on parle de la sécurité des travailleurs isolés, deux termes reviennent systématiquement : PTI ou Protection du Travailleur Isolé, et DATI ou Dispositif d’Alarme pour Travailleur Isolé. Ces deux termes désignent en fait le même type de solution.

PTI est de loin le terme le plus utilisé même s’il est à la base incorrect. Ce type de dispositif de sécurité n’assure en effet aucune fonction de protection. Son rôle est simplement d’alerter en cas d’accident ou de situation d’urgence.

Une recherche rapide ‘PTI DATI’ sur internet donne différents types d’équipements et de solutions destinés au travail isolé. Chaque métier et chaque entreprise a ses spécificités, mais dans la pratique quels sont les critères qui font réellement la différence en cas de problème ?

Les fonctions classiques des PTI DATI

Les dispositifs d’alarme offrent quasiment tous trois fonctions d’alerte :

  • Alerte volontaire

Le collaborateur déclenche une alerte en appuyant sur un bouton SOS.

  • Détection de perte de verticalité

Le DATI PTI est porté à la ceinture en position verticale. En cas de position couchée au-delà d’une durée définie, le dispositif déclenche automatiquement une alerte.

  • Détection d’absence de mouvement

Le principe de l’absence de mouvement est le même qu’avec la détection de perte de verticalité. Le critère est une immobilité prolongée de l’appareil et donc de son utilisateur.

La détection d’absence de mouvement a été historiquement le premier mode de détection utilisé.

 

Les solutions Protection Travailleur Isolé intègrent également normalement des dispositifs de sécurité positive. L’objectif est d’alerter d’un dysfonctionnement l’utilisateur ou d’autres personnes. Les plus classiques sont l’absence de réseau GSM et la perte de la liaison radio.

Les 6 critères qui font la différence entre les PTI DATI

Chaque projet est différent, mais l’expérience montre que cinq critères principaux permettent d’évaluer et de différencier les solutions PTI :

  1. 1. La fiabilité notamment dans la transmission de l’alerte

La fiabilité est déterminée sur deux niveaux : l’équipement proprement dit et la conception générale de la solution.

Au premier niveau, un smartphone, même d’entrée de gamme, d’un fabricant reconnu aura toujours un niveau de fiabilité et de performance très supérieur à un équipement spécifique.  Cet équipement restera en effet produit au mieux à quelques milliers d’exemplaires pour le marché travailleur isolé PTI. A titre de comparaison, Samsung investit plus de 10 milliards USD chaque année en recherche et développement.

Au second niveau, la solution doit présenter des redondances suffisantes pour garantir un déclenchement d’alerte même en cas de dysfonctionnement (fail-over-safe). Ces redondances s’appliquent à l’équipement / smartphone / application et sur le système d’urgence qui gère les alarmes.

Il convient de ne pas banaliser les PTI travailleurs isolés qui restent technologiquement complexes. Pour l’entreprise, il est donc important de conserver un certain esprit critique devant la ‘dernière application et ses objets connectés’ annoncée comme ‘la plus avancée pour le travail isolé’. Tout ceci reste à démontrer.

A noter également, que les dispositifs d’alarme les plus avancées sur le marché permettent de gérer simplement la transmission des alertes lorsque le collaborateur est ‘hors GSM’. On rencontre ces cas lors de situations de travail isolé à l’intérieur d’un bâtiment ou dans une zone blanche géographique.

Une question simple : comment le prestataire développe-t-il ses solutions travailleur isolé PTI ? Comment transmettre une alerte lorsque l’utilisateur est dans une zone hors GSM ?

  1. 2. L’ergonomie et la simplicité d’utilisation

La mise en place d’un PTI peut rapidement devenir une contrainte pour les collaborateurs concernés. Le dispositif d’alarme déclenche des pré-alertes intempestives ou l’utilisation est peu conviviale. A l’heure où les PTI DATI s’intègrent directement dans un smartphone, l’ergonomie et la simplicité d’utilisation sont des prérequis.

L’expérience montre cependant que l’ergonomie ne se limite pas au seul côté esthétique. Elle passe avant tout par le côté pratique pour l’utilisateur qui est au quotidien en situation de travail isolé. Il y a un réel travail de conception des dispositifs d’alarme.

Une question simple : concrètement, comment le collaborateur active-t-il son DATI Travailleur Isolé suivant les différentes situations rencontrées ?

  1. 3. La performance de la géolocalisation

Le collaborateur en danger doit pouvoir être localisé dans 100% des cas et avec une précision suffisante. En plus du GPS intégré dans tous les smartphones, les technologies ont considérablement évolué. Elles permettent aujourd’hui de localiser précisément et très simplement un utilisateur à l’intérieur d’un bâtiment. On parle alors de géolocalisation indoor avec les objets connectés (Beacons).

Le critère ne porte donc plus sur les technologies (GPS, objets connectés). Elles sont connues et proposées par tous les fournisseurs de dispositifs d’alarme. C’est en fait l’expérience et le savoir-faire du prestataire, pour les intégrer dans une solution fiable et performante, qui fait la différence.

Une question simple : comment fonctionne la localisation en cas d’alerte en zone urbaine ? Peut-on identifier précisément le site ou le bâtiment ? Quelle est l’expérience du prestataire et ses réalisation en géolocalisation indoor ?

  1. 4. Technologie, réponse d’urgence, pilotage

Application mobile ou équipement spécifique, le volet technologique n’est qu’une partie de la solution travailleur isolé PTI. Garantir une réponse d’urgence 24h/24 professionnelle, favoriser l’acceptation par les collaborateurs constituent également un point critique. La solution mise en place doit réellement contribuer à la sécurité des travailleurs isolés, aujourd’hui et mais également dans deux ans. La pérennité fait écho à l’obligation de résultat de l’employeur sur ces sujets.

Une question simple : le prestataire maîtrise-t-il l’ensemble de la chaîne, ce qui garantit un haut niveau de prestations ? Ou un contrat avec un autre prestataire pour la réponse d’urgence est-il nécessaire ? Ou est-ce simplement un équipement d’un autre fournisseur raccordé à son centre de télésurveillance ?

  1. 5. L’évolutivité de la solution PTI DATI Smartphone

Les technologies évoluent rapidement. Le PTI est passé en quelques années d’une fonction incorporée dans un équipement radio ou un équipement spécifique, à une solution « dématérialisée » utilisable sur n’importe quel smartphone. Ces applications mobiles permettent aux équipes de développeurs d’apporter des améliorations régulières afin de contribuer efficacement à la sécurité du travailleur isolé. Un critère à prendre en compte également.

Une question simple : quelles ont été les dernières améliorations ? quelles sont celles à venir pour les dispositifs d’alarme ?

  1. 6. La protection des données

Autre évolution récente avec de nouvelles exigences fortes en matière de protection des données : RGPD, localisation et traitement des données collectées, hacking et résistance aux intrusions. Les dispositifs DATI ne sont certes pas aussi sensibles que des applications dans le domaine bancaire ou financier. Mais elles utilisent des données personnelles et des données de géolocalisation. Aucune entreprise n’a envie d’avoir ces informations sur la place publique. De plus, pour garantir sa propre conformité, elle doit s’assurer que ses fournisseurs respectent les mêmes engagements.

La protection des données répond à l’heure actuelle à des standards (ISO 27001). Elle est également résumée dans la politique de sécurité mise en place par l’entreprise.

Une question simple : quelle est la politique de sécurité du prestataire de dispositifs d’alarme ?

Vous souhaitez avancer dans la démarche PTI DATI ? Retrouvez dans cette vidéo les 3 erreurs à éviter :

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest